Les Jardin Henri Le Sidaner, Gerberoy

Le beau village de Gerberoy possède deux merveilleux jardins : le jardin des ifs et les jardins Henri Le Sidaner, un peintre dont la renommée est internationale.

Les jardins Henri le Sidaner, aujourd’hui labellisés « Jardin remarquable », ont jaillit en 1904, à Gerberoy, sous l’influence du célèbre peintre. 

A la recherche d’un endroit idéal et inspirant pour peindre ses toiles et laisser libre cours à son art, Henri Le Sidaner visite en 1900 ce village sur les conseils de son ami Rodin. Il tombe sous le charme de ce petit village. Il fait rapidement l’acquisition d’une maison appartenant à des religieuses qui abrite un verger. Il transforme habilement ce dernier en un jardin à son goût et établit son atelier d’hiver dans la cour. 

Dès 1902, un de ses premiers tableaux « La Table au Jardin, Gerberoy », exposé aujourd’hui, au musée du Luxembourg, est un grand succès.

Henri Le Sidaner achète ensuite d’autres parcelles de terrain pour créer des jardins aux ambiances différentes et composer ses peintures. Il métamorphose cet endroit, lui donne une dimension artistique et florale au jardin, qui attire aujourd’hui des visiteurs du monde entier.

Les terrasses à l’italienne

Lorsque nous poussons la porte d’entrée du jardin, s’érigent sur les flancs des terrasses à l’italienne. Etagées sur plusieurs niveaux, elles forment un panache saisissant de couleurs douces et harmonieuses se déployant le long de l’allée centrale.

Le peintre s’est joué des ruines du château fort et des vieilles fortifications, donnant une allure remarquable à l’allée principale, prolongée par une agréable tonnelle menant au jardin blanc.

Cette jolie transition verdoyante nous plonge dans un nouveau monde de fleurs blanches, à l’écart des autres jardins.

Faisant face à la demeure du peintre, la déesse Cérès, déesse de la moisson et de la fertilité, semble veiller sur le jardin blanc qui respire la tranquillité.

L’atmosphère apaisante des rosiers blancs est idéale pour puiser ici l’inspiration. Sculptures, arbustes, pots, murets parsemés produisent diverses perspectives, des jeux d’ombre et de lumières dont l’artiste peut tirer parti.

Henri Le Sidaner prenait certainement plaisir à s’installer et contempler cet endroit qu’il avait garni de pots de fleur, pergolas et de superbes rosiers Winchester Cathedral.

La roseraie

En arpentant les marches bordées d’une végétation dense aux nombreux éclats et émanations, nous parvenons à une magnifique terrasse émaillée de rosiers aux nuances rouges et roses.

Dominant les terrasses à l’italienne et agencées avec délicatesse, les roses embaument les hauteurs de leurs délicieux et doux parfums. Dans ce cadre idyllique, le peintre aménage son atelier d’été, une maisonnette coquette et simple, baignée constamment de lumières.

Aucun détail n’échappe à Henri Le Sidaner, dans son projet de peindre et d’obtenir une scène grandiose pour ses tableaux. Il jette ainsi son dévolu sur des rosiers « Dorothy Perkins » et « Excelsea » réputés pour résister facilement au froid, à la pluie ainsi qu’aux maladies. 

 

Un joli décor « prend alors forme », mêlant roses blanches d’York, la rose « Gallica » aux parfums raffinés, où se dresse le clocher de l’église et quelques toits de maisons singuliers. C’est un endroit privilégié. Nous pouvons facilement imaginer le peintre s’enivrer de cette ambiance magique et peindre ces roses qu’il adorait tant. Aujourd’hui, il laisse un bel héritage, la majorité des rosiers étant maintenant centenaire.

Sa passion et son amour pour les roses s’est étendu au village de Gerberoy, lorsque le peintre encourage tous les habitants à garnir chaque façade de maison de rosiers. C’est ainsi que le village de Gerberoy est devenu le village aux 1000 rosiers ; la rose devenant ainsi l’emblème de ce petit bourg qui célèbre cette magnifique fleur, chaque année en juin depuis presqu’un siècle, lors de la traditionnelle fête des roses.

Si les roses souvent mises à l’honneur dans ses peintures, la nature a une place prépondérante dans ses tableaux ; une nature façonnée de milles et une façon, sous sa coupe. En flânant et prenant son temps, nous découvrons des espaces secrets, cachés à l’image de cette petite terrasse verdoyante masquée par des treillis feuillus.

Le jardin jaune et bleu

L’atmosphère du jardin suivant est surprenante et tranche avec la roseraie. Le jardin jaune et bleu revêtu d’un manteau d’iris, lys, géraniums, soucis et pervenches a fière allure. C’est ici qu’il fait édifier une réplique du temple de l’amour qui figure au Petit Trianon à Versailles. Un parterre de violettes accompagne nos pas jusqu’à cet enfant dominant un joli vallon.

A l’image d’Alice explorant un monde imaginaire dense nous découvrons en contrebas, un étang surplombé par un petit pavillon en fer forgé, un nouveau monde où se fondent sculptures, vasques, roses, hortensias, parterres de fleurs, saule.

Henri Le Sidaner avait besoin d’une flore abondante, d’une végétation généreuse et variée pour son inspiration. Durant cette promenade enchanteresse, nous glissons régulièrement d’une atmosphère désordonnée à une atmosphère ordonnée. Ainsi l’ambiance rigoureuse des terrasses à l’italienne fait place à un jardin à l’anglaise lors de notre marche en direction d’un belvédère au pied du clocher de l’église. 

Le chemin serpente à travers une végétation touffue et accède à une terrasse offrant une vue panoramique splendide qui embrasse les toits enchevêtrés de Gerberoy et la campagne au loin.

C’est maintenant l’association « Henri Le Sidaner en son Jardin de Gerberoy » qui entretient cette œuvre d’art grandeur nature. Tout ce que le peintre a conçu, agencé a été maintenu dans le même esprit pour offrir au visiteur une promenade féérique.

INFORMATIONS PRATIQUES

Le jardin Henri Le Sidaner est ouvert du mercredi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h à 17h (fermeture durant le déjeuner).

Il est accessible en suivant la rue du château et en longeant les remparts.

Accès

Le village de Gerberoy est situé à 25 km au nord-est de Beauvais, dans l’Oise.

En provenance de Paris, le village de Gerberoy est accessible par l’autoroute A16, puis la D901 et la D133.

En provenance de Rouen, le village de Gerberoy est accessible par la Nationale N31, puis la D930 et la D919.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *